La perfection: réfléchissons et parlons-en à nos enfants à Noël

Ma belle-mère disait souvent : « Ce qui mérite d’être fait mérite d’être bien fait.» Je suis pleinement d’accord avec elle et je ressens dans cette phrase tout l’amour avec lequel elle accomplissait des choses. Mais d’une certaine façon, cette phrase me ramène aux souvenirs de mon enfance où, par exemple, même si j’arrivais à avoir une note comme 80% dans un examen difficile, je me faisais dire: « la prochaine fois, tu pourrais faire mieux ». La perfection nous a été transmise de différentes façons… Aujourd’hui, avec mon expérience du yoga, je préfère dire: « Ce qui mérite mon attention mérite que je m’y mette avec joie. » Et je suis sûre que belle-mère aurait aimé dire cette phrase aussi!

Pourquoi aborder ce sujet ? Parce que la quête de perfection est un sujet très présent chez les enfants et je le constate dans mes cours de yoga. On entend souvent dans les cours de yoga «Respectez vos limites !» « Respectez votre corps ! » C’est la même chose en yoga pour enfants. Au début, ils ne comprennent pas tout à fait ce que ça veut dire, mais après un certain temps, ils acceptent d’adapter une posture, d’être plus patients envers eux-mêmes, et de travailler leur détermination (Tapas), que nous appelons ensemble « l’effort joyeux ».

L’autre jour, ma fille de 9 ans est venue m’annoncer, très sérieuse, qu’elle avait appris une leçon. Elle me dit: « Des fois, on se soucie trop de bien faire les choses et le résultat n’est pas nécessairement beau et d’autres fois, si on n’y pense pas trop, le résultat est meilleur! ». J’étais bouche bée ! Je lui demande alors comment elle en est arrivée à cette merveilleuse conclusion. Elle répond : « Avant de partir avec papa pour notre promenade je me suis fait un chignon sans trop y penser, et c’était le plus beau chignon que je me suis jamais fait. D’autres fois, quand j’essaie de le faire parfaitement, ce n’est jamais réussi !»

À l’instar de la « leçon » qu’avait apprise ma fille, je voulais aborder ce sujet parce que le temps des Fêtes peut être un moment propice à la réflexion en famille. J’aime l’idée de « grandir » ensemble! La perfection expliquée aux enfants pourrait avoir deux aspects: la perfection « positive », celle qui nous apporte du plaisir et de la fierté tout au long du processus, et la perfection « négative », celle qui nous dérange, qui nous empêche d’être satisfait et de passer à autre chose. Pour aller plus loin, nous pouvons faire le lien avec la philosophie du yoga, notamment avec Bramacharya, qui veut dire « modération ». Selon les Yoga sutras de Patanjali, être dans la modération nous apporte une grande énergie intérieure, et « ce sont les excès et les extrêmes qui provoquent le déséquilibre et consomment notre énergie ». Avez-vous déjà réfléchi à ça? Même si c’est tout à fait légitime de vouloir bien faire les choses, mieux vaut viser une perfection « équilibrée », détachée des résultats. Comme effet, on se sentira plus léger, en lien avec soi-même, capable de surmonter un échec, plus détendu, plus dans la joie! C’est facile à dire, mais pas souvent facile à l’appliquer. Mais en bout de ligne, n’est-ce pas ce que nous souhaitons pour nous et nos enfants?

Alors je vous mets au défi de vous prêter au jeu. Profitez-en pour pratiquer la « perfection imparfaite » ou « l’imperfection parfaite » avec vos enfants ! Et pourquoi pas, jouer à réinventer des postures… sur la neige! Amusez-vous!

Joyeux Noël et bon temps des Fêtes!